• Expert en couleurs depuis 1899
  • 10 marques exclusives
  • Renforcez la créativité

Royal Talens respecte la confidentialité de vos informations

Nous utilisons des cookies fonctionnels pour analyser anonymement votre utilisation de notre site Web afin que vous obteniez un site Web sans faille et optimisé. Grâce aux cookies de personnalisation, nous pouvons adapter le site Web à vos préférences et à votre comportement.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous déposons ou si vous souhaitez le réinitialiser, accédez à notre page sur les cookies et à notre déclaration de confidentialité.

Les cookies fonctionnels garantissent que vous obtenez un site Web sans erreur et optimisé.
Ces cookies sont utilisés pour adapter les publicités à vos intérêts, à la fois sur royaltalens.com et sur d'autres sites Web. Ils offrent également la possibilité de créer des newsletters qui vous concernent personnellement.
Les cookies des médias sociaux vous permettent de publier des commentaires et de partager des informations avec vos amis et / ou votre réseau.
Carmin : Peindre avec du sang de poux

Carmin : Peindre avec du sang de poux

Le carmin est utilisé depuis plus de deux mille ans dans le textile et les produits cosmétiques. A partir du 18e siècle, le colorant extrait de poux fait son entrée en beaux-arts sous forme laquée. Mais la couleur est connue pour sa mauvaise résistance à la lumière. Maintenant, la couleur Carmin est fabriquée à partir d’un pigment synthétique stable.

Carmin : Peindre avec du sang de poux

Le nom Carmin vient probablement du mot arabique « Chamra » qui signifie rouge et d’où  dérivent les mots tels que kermès, cramoisie et le mot anglais crimson. Le rouge foncé était connu pour sa mauvaise résistance à la lumière et donc il a été utilisé à partir du 18e siècle en beaux-arts en tant que pigment laqué. Les Egyptiens, les Grecs et les Romains, par contre, utilisaient le carmin déjà avant l’ère pour colorer leurs textiles. Ils extrayaient le pigment de cochenilles qui vivaient sur des chênes de kermès. Dans le Moyen-âge, on introduit le terme écarlate. Dû au prix élevé, seuls les plus riches – prêtres de l’église, souverains et autres notables – pouvaient se permettre de porter un habit en rouge carmin.

Rouge espagnol

Quand, au 16e siècle, les conquistadores espagnols prennent le Mexique, ils découvrent dans les textiles et les maquillages des Aztèques un rouge plus rouge qu’ils n’avaient jamais vu. Le colorant se révèle être extrait de cochenilles qui vivent en parasites sur des cactus de nopal. L’Espagne y voit un créneau commercial et donc le « Rouge espagnol » est transporté en grandes quantités vers l’Europe. Comme il fallait 150.000 cochenilles pour un kilo de colorant, on aménagea des grands plantations de cactus. Cela ne signifiat pas, par contre, que le Carmin devint moins cher. Au contraire, les Espagnols gardaient le secret sur sa provenance et faisaient monter les prix autant que celui-ci atteigne presque le prix de l’or. Très longtemps, d’autres grandes puissances ne pouvaient que deviner la provenance. Par contre, grâce au nombre croissant de nouveaux colons, la source fut finalement découverte. Le monopole espagnol est resté jusqu’au 19e siècle, jusqu’à ce que l’on découvre que ces cactus poussaient aussi très bien en différents pays sud-américains, en Indonésie et sur les îles Canaries.

Autres Histoires de Couleurs

Ultramarine

Ultramarine

Histoires de Couleurs
Magenta

Magenta

Histoires de Couleurs
Jaune indien

Jaune indien

Histoires de Couleurs
Carmin

Carmin

Histoires de Couleurs